dimanche 16 septembre 2012

Le maître des peines, tome 2 - Le mariage de la licorne

Je continue la lecture de cette excellente trilogie. Dans ce second tome d'une série, Le Maître des peines, qui en comptera trois, Louis Ruest, toujours exécuteur de la cité de Caen, découvre que sa vengeance contre son père, enfin assouvie, ne lui apporte pas la paix qu’il avait tant espérée. Au contraire, elle le laisse avec une impression de vide et une existence qui, selon lui, n’a plus aucun sens. Il est toutefois loin de se douter que son élan destructeur est sur le point d’avoir des répercussions qui se feront sentir... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 août 2012

Le maître des peines, tome 1 - Le jardin d'Adélie

Paris, 1340. À sept ans, Louis Ruest, fils unique de l'un des boulangers les plus estimés de cette ville florissante, travaille avec beaucoup d'acharnement afin de pouvoir réaliser sa plus grande ambition, celle de devenir à son tour l'un des meilleurs boulangers de sa profession. Tourmenté et assoiffé d'amour, s'il s'efforce de faire ses preuves en dépit de ses écarts de conduite, Louis est surtout désireux d'être apprécié par Firmin, son père, qui s'obstine malheureusement à ne voir en lui qu'un indigne successeur. Dans un Royaume... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 21 août 2012

Le silence obscène des miroirs

Jean-Marie Castel quitte Montréal pour l’Argentine afin de porter secours à une ancienne maîtresse en danger, et, par la même occasion, donner un nouveau départ à sa carrière de photographe. Un matin, à Tucumán, une fille d’une grande beauté sonne à la porte de la maison qu’il a louée pour lui demander de la prendre en photo et… il reçoit un coup de lapin sur la nuque. Black-out. Est-ce l’intrigue de la dernière fiction non publiée du grand écrivain argentin Jorge Luis Borges, Le silence obscène des miroirs, ou la réalité, cette... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 18 août 2012

La belle au gant noir

Robert Malacci est photographe à Écho-matin, un torchon sensationnaliste de bas étage. Quand, sur les ordres de Pouliot, son exécrable patron, il doit faire des photos du cadavre d'une ex-copine, c'est la goutte qui fait déborder la vase! Sans avenir, le moral à zéro, Malacci reluque les petites annonces et, entre deux virées, voilà qu'il accepte le poste de secrétaire particulier de la belle Claude Vandal, une ancienne attachée politique. Le texte qu'elle lui dicte - un accident de voiture l'a privée de toute sensibilité à la main... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 14 août 2012

La nuit de toutes les chances

Charlie Salter est malheureux: à la suite d’un changement à la direction du service de police de la ville de Toronto, il a été relégué aux oubliettes et ne s’occupe plus que de broutilles. Un événement vient cependant tout changer: David Summers, un universitaire torontois, a été assassiné à Montréal lors d’un congrès et l’enquêteur de la métropole québécoise aimerait qu’un policier de Toronto interroge les collègues et les proches de la victime. Comprenant qu’il tient là sa chance de rentrer dans les bonnes grâces de ses... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 7 août 2012

Les danseurs de Kamilari

Gabriel, un jeune étudiant, voit sa vie bouleversée lorsqu’au cours d’un voyage en Grèce, il se trouve bien malgré lui mêlé à un complot politique dont il devra démêler l’écheveau. Pour comprendre la menace qui pèse sur celle qui l’a attiré en Grèce et dont il a perdu la trace, il ne dispose que des indices qui s’accumulent sur sa route et d’une mystérieuse lettre écrite par Xénophon d’Athènes il y a plus de deux mille ans. Sous le couvert d’une enquête archéologique et étymologique, Les danseurs de Kamilari est une réflexion sur... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 août 2012

Lames soeurs

À Montréal, on trouve le cadavre mutilé d'une jeune femme. Sur son ventre, un mot écrit avec son sang: Simplet. Léo Lortie, patrouilleur du poste 33, sait qu'il désigne le nom d'un des nains dans l'histoire de Blanche-Neige. Depuis deux ans, c'est le quatrième meurtre du genre. Lortie a lui-même découvert le deuxième, signé Atchoum. Mais voilà, il y a sept nains dans l'histoire, et Léo veut coincer le psychopathe avant qu’il n’allonge encore son horrible série. Lortie décide donc de tendre un piège au meurtrier. Avec l’aide de... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 2 août 2012

Une basse noblesse

À 50 ans, le temps est venu pour Robert d’Amri de faire le point sur sa vie d’imposteur. Car il a en quelque sorte emprunté une existence qui, n’eût été d’une amourette au jardin avec Mademoiselle Échassier, alias Esther Roquemaure de Villemure, aurait sans doute été marquée par le passage de jours tranquilles. Ce jeune homme d’origine modeste préférant la compagnie des voitures à celle des hommes s’est conformé aveuglément aux volontés de deux familles qui s’entendaient sur un mariage rapide, mais nécessaire à leurs yeux. Employé... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 31 juillet 2012

Poupée

Rien de plus excitant que d’être amoureuse, surtout quand on sort avec un gars plus âgé qui nous couvre de cadeaux. Par amour, Florence ferait tout pour Étienne. Elle ferait même plaisir aux amis d’Étienne. Et elle s’éloignerait de sa meilleure amie. Par amour, Florence deviendra escorte. Inspiré d’une histoire vécue, le parcours d’une fille ordinaire engagée sur un sombre chemin: celui de la prostitution adolescente. (résumé tiré du site de la BAnQ - prêt numérique)
Posté par Daphnea à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 juillet 2012

Les larmes d'Adam

Pour son premier roman, Robert Maltais nous plonge dans l’univers clos de l’abbaye cistercienne de La Ferté en France. Le Québécois Gilbert Fortin, alias Dom Gilbert, n’a pas la foi mais dirige tout de même cette abbaye depuis six ans. Paradoxal? Attendez de lire la suite car il y est aussi question d’un jeune novice ayant un don qui pourrait se monnayer et d’un maître des novices qui aime désespérément Satan. Personnages bigarrés, écriture alerte, métaphore biblique, Robert Maltais frappe un grand coup avec ce roman où le cynisme... [Lire la suite]
Posté par Daphnea à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]